Le sionisme en question
EAN13
9782909899732
ISBN
978-2-909899-73-2
Éditeur
Acratie
Date de publication
Nombre de pages
70
Dimensions
21,5 x 12 x 0,7 cm
Poids
92 g
Langue
français

Le sionisme en question

De

Acratie

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


« De la nécessité de mener la bataille idéologique contre le sionisme » La guerre au Proche-Orient, c’est bien sûr un colonialisme qui détruit méthodiquement la société et le peuple palestiniens. C’est aussi un pays, Israël, devenu une tête de pont occidentale au Proche-Orient. Et c’est l’aventure militaire permanente avec son cortège de crimes, d’humiliations, de racisme et de violations du droit international. Mais parmi les nombreuses raisons qui permettent la poursuite de cette guerre, il y a l’adhésion massive des Israéliens et plus largement des communautés juives organisées à une forme de pensée et d’idéologie qui les rend totalement aveugles et insensibles à l’autre. Dans ce récit mythique, l’Israélien serait un homme nouveau, supérieur aux autres. Le mouvement de solidarité qui défend les droits du peuple palestinien ne peut qu’attendre (pour être plus efficace) de sa composante juive, et donc de l’UJFP, qu’elle mène le combat idéologique contre la manipulation de l’histoire, de la mémoire et des identités juives. L’UJFP doit combattre le complexe de Massada, la façon dont les Israéliens ont été persuadés que tout le monde hait les Juifs, que leur histoire n’est qu’une succession de persécutions, qu’ils ne peuvent vivre qu’entre eux, qu’Arafat était un nouvel Hitler et les Palestiniens des pogromistes. Elle doit interroger en permanence une éducation à la peur et au mépris de l’autre, une récupération éhontée de l’antisémitisme et du génocide nazi, une tendance permanente à renverser la réalité d’aujourd’hui pour transformer l’occupant en victime. Elle doit remettre en question l’histoire fabuleuse que les sionistes ont fabriquée : il n’y a eu ni exil des Juifs, ni retour. La diaspora n’est pas une parenthèse, c’est l’essence des différentes formes de judaïsmes. Et la Palestine a toujours été une terre où vivaient des peuples différents. Elle doit encourager le débat, la recherche et la confrontation des différentes formes d’identité ou de mémoire juive là où le sionisme affirme qu’il n’y a qu’une seule histoire et qu’une seule voie. La tentative de clore l’histoire juive est une des causes de la continuation de la guerre. Elle empêche des composantes de la société israélienne de prendre conscience que l’État israélien pratique une politique d’apartheid et de déni des principes universels d’égalité. Les travaux d’un grand nombre d’écrivains, historiens, cinéastes ou intellectuels israéliens remettant en cause l’histoire officielle et le dogme sioniste doivent être connus de tou(te)s. L’UJFP décide donc pour les années à venir d’impulser toutes les formes de débat, d’expression publique ou de confrontation pour expliquer inlassablement devant tous les publics que les défenseurs du sionisme n’ont aucun droit à parler au nom des Juifs et que la politique qu’ils défendent n’est pas seulement criminelle contre les Palestiniens. Elle est également suicidaire pour les Israéliens et plus largement pour les Juifs.
S'identifier pour envoyer des commentaires.