Elia L.

Gallimard Jeunesse

16,50
par (Librairie de l'Angle rouge)
7 juin 2022

Coucous Bouzon, ou La Violence des échanges en milieu tempéré.
Un entreprise de fabrication de coucous (oui oui, le chalet miniature classique, géranium aux fenêtres, oiseau à heure fixe), un patron redoutablement lunatique nommé Bouzon, une fine équipe de salariés inadaptés constituée d'animaux aux traits naïfs et aux couleurs criardes, un jeu de piste en forêt ("stage coach life vision") aux frais des employés, des kidnappings ratés, une cruauté des rapports (comptables ou de classes), mais surtout surtout des dialogues au vitriol entre open space et machine à café, entre rencard romantique raté et restaurant chinois qui passe mal,... on saute de gags en gags avec jubilation et rire crétin, et ça fait un bien fou!
Pour celles et ceux qui sont adeptes de la série The Office, vous êtes dans le bain. Pour les autres, à découvrir!

Elia

Mystères et boules d'ampoule

Little Urban

12,90
par (Librairie de l'Angle rouge)
7 juin 2022

Une pépite pour les petits lecteurs!

Délaissé par ses parents malaimants, Anselme part vivre chez sa tante Olga, farfelue et rebelle inventrice, dans l’étrange ville de Maverick et … il y gagne au change! Il y partage sa chambre avec Anna qui devient très vite une sœur d’adoption. Toutes deux vont lui faire découvrir un monde mystérieux dans lequel un roi tyrannique impose aux habitants ses lois terrifiantes : une nuit noire dès 16 heures, une surveillance constante et la disparition de tous les opposants.
Heureusement, quelques uns résistent: une bande d’enfants rigolards et inventifs préparent la révolte en cachette pour redonner à Maverick son air de fête et pour cela… quelle meilleure alliée que la magie!?
Corbeaux et taupes géants, oreilles flasques incrustées dans les murs, ampoules révolutionnaires…

Mettez un pied dans Maverick et vous non plus, vous ne voudrez plus la quitter!

Elia

Dès 7 ans

Charlotte Bourlard

Inculte-Dernière Marge

13,90
par (Librairie de l'Angle rouge)
15 avril 2022

Un couple de personnes très âgées accueille dans sa demeure, qui n'est autre qu'un ancien funérarium où ils ont officié, une jeune photographe esseulée et désœuvrée.
Tantôt adagio, tantôt allegro, le flux de Charlotte Bourlard dépeint une existence à trois entre la naphtaline et la mort, la douce lumière qui pénètre en oblique à travers les voiles légers et la force crue des pulsions qui s'y jouent (tant dans la violence que dans la tendresse), le redoutable silence de l'Être qui se décompose et le fracas jouissif de la musique classique, à plein régime.
Enfin, cerises! La photographie et la taxidermie de haut vol, comme rituels pour sublimer la vie.
Grinçant premier roman, L'Apparence du vivant (Éditions Inculte) nous vient tout droit de Belgique, et si tout y semble noir (de l'ambiance à l'humour), on ne sait en réalité dans quelle sauce tremper notre frite: conte de l'horreur et du tabou certes, mais aussi envoûtante féerie au scalpel où l'on se drogue de sirop, échappée drolatique salutaire (avec notamment de chaotiques expéditions dépenaillées en fauteuil roulant dans Liège), récit d'adoption et d'amour filial hors du commun...
C'est tout à la fois doux et macabre, mélancolique et gothique!
À sa lecture, vous aurez beau, entre vos moelleux coussins, changer trois fois de position, vous serez toujours un peu mal assis.e.

18,00
par (Librairie de l'Angle rouge)
15 avril 2022

Êtes-vous prêt·es pour le renversement ?

Une gigantesque mégalopole hyperconnectée s’étend telle une pieuvre surdimensionnée sur toute la Caraïbe. Haut-lieu de la modernité, démocratie triomphante, la diversité en étendard : vivent ou vivotent en son sein tous les peuples de la planète. En réalité, Lanvil n’est plus une ville, c’est un Monde, immense, violent, chaotique, constitué des miettes dont la haute technologie et le capitalisme n’ont pas voulu.
Nous sommes à la veille de l’implosion et tel une caméra embarquée dans la tourmente, le lecteur plonge trois jours et trois nuits aux côtés des laissés-pour-compte d’anba : Pat et ses frères mawon, la prophétesse Man Pitak, les sœurs Sézè, tous désireux de retrouver la Terre de leurs ancêtres, le Tout-Monde, enterré sous la centaine de niveaux que compte cette redoutable tumeur.
Le maître-mot de Tè Mawon, c’est la dynamite : celle de l’Insurrection à l’œuvre entre l’anba et l’anwo, celle qui fragmente le récit en multitude de points de vue, mais surtout celle qui pulvérise la langue telle qu’on la connaît, la langue dont on maîtrise les contours et dessine les bornes. Ici, on parle le Kréyol, une langue hybride inventée qui puise allègrement dans le créole bien sûr, le parler marseillais, l’espagnol, la langue du progrès numérique; et qui, prenant à revers la langue française, en change tous les codes et y opère une jouissive, déroutante et imprévisible décolonisation !

par (Librairie de l'Angle rouge)
12 décembre 2021

Six remarquables personnages cabossés et pétris par l’absence (disparition passée, traumatique ou bien redoutée) vivent/sillonnent/vadrouillent dans une Islande crépusculaire aujourd’hui désertée, malmenée par des décennies de tourisme, au cœur d’un monde en crise.
En pèlerinage, de passage ou irrémédiablement vissé sur leur rocher, ils semblent comme « échoués » sur ces terres, à l’image de ces cétacés qui viennent mystérieusement et par centaines mourir sur les littoraux, un peu partout dans le monde.
Leurs chemins pavés de doutes et de peur se croiseront ont-ils pour le meilleur? Par la force des choses (naturelles et surnaturelles), se «reconnaitront-il semblables »?
Une ambiance toujours entre chien et loup, des êtres qui nous collent au corps et nous marquent: bancals, fragiles, empathiques, un brin désespérés, habités d’une sourde colère souterraine, pour certains évanescents, voire à la limite de l’évaporation, mais toujours en quête de beauté et de communauté. Ou comment faire Famille dans un monde en lambeaux.

C’est minéral, tellurique, onirique et terriblement magnétique!